omega 3

Démystifier les oméga 3-6-9

19 avril 2014 Conseil santé

Les oméga 3-6 et 9, un sujet populaire mais qui amène beaucoup de questions. Quels sont leurs bienfaits ? Quel type d’oméga devrait-on prendre ? Les oméga 3-6 et 9 sont des lipides essentiels, la matière grasse qui constitue les êtres vivants. Ils contribuent à la formation des membranes cellulaires et au fonctionnement du système nerveux. Il existe trois types de lipides: acides gras saturés, acides gras mono-insaturés (oméga-9: principalement l’acide oléique) et acides gras poly-insaturés (oméga 3 et 6). Contrairement aux oméga-9 (non essentiels car notre corps en produit), notre corps est incapable de fabriquer ces derniers. Nous devons donc les trouver dans notre alimentation. Les oméga-3 se divisent en trois types: AEP et ADH, d’origine animale marine qu’on retrouve dans les poissons gras (hareng, maquereau, sardine, saumon, thon et truite), puis AAL, qui est d’origine végétale (tofu, soja, noix, lin et canola). Les oméga-3 d’origine marine sont plus puissants que ceux d’origine végétale, donc à privilégier. Quant aux oméga-6, il en existe 4 types, dont un seul, l’acide linoléique (AL), est fabriqué par le corps. On en trouve par contre dans de nombreux aliments: huile de maïs, de tournesol, soja, carthame, viandes et produits d’animaux. Donc, contrairement aux oméga-3, il est plus rare d’en manquer. Ceci peut mener à un cercle vicieux, car un excès d’oméga-6 empêche le corps d’utiliser les oméga-3, qui eux sont rares.

Un manque d’oméga-3 peut être lié entre autres aux maladies cardiovasculaires, à la dépression, au déficit d’attention, à la maladie d’Alzheimer et à la maladie de Parkinson. Certains bénéfices demeurent encore controversés et nécessiteront des études plus approfondies. Il est donc essentiel d’avoir une alimentation variée pour pouvoir bien absorber les oméga-3 et d’en priviléger les sources marines. En outre, de plus en plus d’aliments sont enrichis d’oméga-3 (ex: oeufs). Si toutefois on doit prendre un supplément, il est préférable de débuter à une faible dose, de l’augmenter graduellement et de le prendre au début du repas pour éviter les effets indésirables, comme une  mauvaise haleine ou du reflux au goût de poisson. Un supplément à base d’huile de krill et non d’huiles de poissons peut avoir l’avantage d’éviter cet inconvénient. Il est préférable de choisir un supplément contenant uniquement de l’oméga-3, car il sera plus facile d’atteindre les doses de base recommandées par rapport à un supplément d’oméga-3-6-9 qui en contient une plus petite quantité et qui obligera alors à prendre plusieurs capsules par jour. Si on le prend pour le développement du cerveau (jusqu’à l’adolescence), il faut s’assurer de prendre un supplément contenant une plus grande proportion d’ADH. Évidemment, comme tout produit naturel, il est préférable de vous informer au pharmacien si vous prenez des médicaments, car il existe des interactions importantes, notamment avec les anticoagulants. Ce sujet étant complexe, n’hésitez pas à venir demander conseil à un(e) pharmacien(ne) à la Pharmacie Dimitrios Retalis. Il(elle) pourra vous conseiller de façon personnalisée.


Par Marie-Claude Bergevin, pharmacienne